Au Salvador, cette maison abandonnée sur la plage semble tout droit sortie d'un film d'horreur

·1 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

SALVADOR - La maison a tout d’un décor de film d’horreur. À moitié englouti par la mer et sortant de l’eau au gré des marées, le bâtiment est situé sur la plage de La Puntilla, à San Luis La Herradura à 76 kilomètres de San Salvador. Il fascine les touristes et les internautes.

Selon le quotidien salvadorien La Prensa Grafica, il s’agirait d’un ancien hôtel, l’hôtel Puerto Ventura, construit trop près de la mer et fermé il y a 25 ans à cause des inondations successives. Et resté depuis en l’état, comme vous pouvez le voir sans la vidéo ci-dessus. Depuis, de nombreuses photos du lieu circulent sur les réseaux sociaux. Elles ont fait du site une curiosité entourée de mystères et d’histoires rocambolesques.

Malgré la dangerosité du lieu, qui menace de s’effondrer, des touristes et curieux continuent d’y pénétrer pour faire des selfies et s’amuser à se faire peur. Selon la presse locale, certains habitants racontent que c’est en 1998, lors de l’ouragan Mitch, que la structure a été endommagée.

Et qu’elle a donc cessé d’être un hôtel, pour devenir ensuite le siège d’une église chrétienne. Ceci expliquerait l’étoile de David en haut-relief, réalisée en ciment au plafond du premier étage... D’autres habitants réclament la destruction du site, qui présente à leurs yeux un danger.

À voir également sur Le HuffPost: Réouverture de la Tour Eiffel: un touriste en profite pour faire sa demande en mariage

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles