Au Sénat, Valérie Bacot explique le "syndrome de la femme battue"

·2 min de lecture

FEMMES - “Je faisais attention à m’auto-programmer comme lui voulait, pour ne pas qu’il me maltraite et qu’il s’en prenne aux enfants”, témoigne, la voix tremblante, Valérie Bacot. Devant la délégation aux Droits des femmes du Sénat, l’autrice de “Tout le monde savait” (Fayard, 2021) a déroulé son parcours difficile.

Enfant, elle est victime de violences et d’inceste. À l’âge adulte, ce sera le père de ses trois enfants qui la maltraitera: viols, coups, prostitution. Jusqu’à ce jour de mars 2016, où elle lui logera une balle dans la nuque. Condamnée à 4 ans de prison - dont 3 avec sursis - elle témoigne désormais pour aider d’autres victimes.

“Intérieurement, je vis dans le passé”

“Je ferai tout pour aider une personne à ne pas vivre ce que j’ai vécu. J’en ai besoin pour me réparer en quelque sorte, pour me dire que je peux être quelqu’un de bien”, a-t-elle assuré, émue, devant la délégation. Avant de partager sa perception du “syndrome de la femme battue”, qu’elle a commencé à appréhender en détention et auquel elle a encore du mal à échapper.

“C’est la sensation que je devais faire ce qu’il disait, que s’il s’énervait ou que s’il était comme ça, c’était à cause de moi, décrit-elle comme vous pouvez le voir dans voir la vidéo ci-dessus). Je faisais attention à m’auto-programmer comme lui voulait, pour ne pas qu’il me maltraite et qu’il s’en prenne aux enfants.”

Un syndrome qu’elle est encore en train d’analyser et dont elle souffre encore.“Je vis dans le présent, je pense au futur mais intérieurement, je vis dans le passé. C’est très compliqué pour moi”, a-t-elle admis.

À voir également sur Le HuffPost: “Madame le ministre”: à l’Assemblée, la féminisation des fonctions ne passe toujours pas

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles