Au Sénat, l'émotion de Pap Ndiaye au moment d'évoquer le suicide de Lucas

© JULIEN DE ROSA / AFP

L'émotion au cœur du gouvernement. Le 7 janvier dernier, un adolescent de 13 ans s'est suicidé chez lui à Golbey, dans les Vosges . Face à ce drame, sa famille dénonce qu'il était la cible récurrente de plusieurs de ses camarades et notamment à cause de son homosexualité. Ce mercredi, la sénatrice écologiste Mélanie Vogel a interpellé le ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Pap Ndiaye au Sénat sur le harcèlement scolaire, l'homophobie et le suicide du jeune Lucas. "L'école est dans la société, nourrie par ses haines et pétrie par ses violences. Aurez-vous, pour la famille de Lucas, l'humilité de changer ?", interroge-t-elle.

>> LIRE AUSSI - Vosges : tout un collège se recueille aux obsèques du jeune Lucas, qui s'est ôté la vie

Pap Ndiaye ému par l'affaire

Le suicide de Lucas n'a pas laissé indifférent le gouvernement français. "Quand un enfant met fin à ses jours, il n'y a pas de mot", a répondu dans un premier temps le ministre de l'Éducation nationale à la sénatrice. Une première phrase marquée par la voie tremblante de Pap Ndiaye, touché par les propos de Mélanie Vogel, et suivie d'une interrogation : "qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ?". Après cela, le politicien a pris le temps d'adresser ses "pensées les plus émues" à ses parents, ses proches et ses amis, avant de s'exprimer sur les sujets qui ont poussé le jeune Lucas au suicide.

"Ce drame montre à quel point la lutte contre le harcèlement scolaire, l'homophobie, car oui l'homophobie t...


Lire la suite sur Europe1