Au Sénégal, le Premier ministre Ousmane Sonko s'en prend durement à la présidence Macron

Lors d'une conférence, jeudi, à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar en présence de Jean-Luc Mélenchon, le Premier ministre sénégalais, Ousmane Sonko, s'en est pris à la présidence française qu'il a accusée d'avoir persécuté son camp sous l'ancienne présidence de Macky Sall. Il a aussi abordé la question du néocolonialisme et remis en cause la présence de bases militaires étrangères dans le pays.

Un discours hostile à Emmanuel Macron. Le Premier ministre sénégalais, Ousmane Sonko, s'en est pris durement, jeudi 16 mai, devant des centaines d'étudiants galvanisés, à l'attitude de Paris lors de la répression contre son camp sous l'ancien président Macky Sall, accusant la présidence Macron d'avoir incité à la "persécution".

Ousmane Sonko, chantre d'un souverainisme et panafricanisme social, a délivré dans un hémicycle de l'université de Dakar et sous les acclamations répétées, son discours le plus long et le plus politique depuis sa nomination en avril après la victoire tonitruante des siens à la présidentielle.

Il a précisé s'exprimer en tant que chef de parti et non du gouvernement, à l'occasion d'une conférence sur les relations entre l'Afrique et l'Europe avec l'opposant de gauche radicale française Jean-Luc Mélenchon, virulent contempteur du président français.

"Néocolonisation"

Beaucoup de gouvernements européens sont restés dans un "mutisme approbateur", a-t-il dit.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Ousmane Sonko, de farouche opposant à Premier ministre du Sénégal
Sénégal : Mélenchon invité par Ousmane Sonko, en terrain conquis ?