Au Rwanda, Macron demande aux victimes du génocide de “faire le don de nous pardonner”

·Cheffe du service politique
·1 min de lecture
Au Rwanda, Macron demande aux victimes du génocide de “faire le don de nous pardonner”
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

INTERNATIONAL - C’était le mot tant attendu, “pardon”. Ce 27 mai 2021, au mémorial du génocide perpétré contre les Tutsi de Gisozi au Rwanda, où Emmanuel Macron est en visite officielle, il a prononcé le mot, sans pour autant présenter d’excuses au nom de la France.

“Je viens reconnaître nos responsabilités”, a déclaré le chef de l’État dans un discours solennel, le premier en ce lieu pour un chef d’État français. “Reconnaître ce passé, notre responsabilité, est un geste sans contrepartie”, a affirmé Emmanuel Macron.

La France a fait “trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de la vérité”

La France “n’a pas été complice” mais elle a fait “trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de la vérité”, a-t-il déclaré dans ce discours très attendu. La visite est présentée comme l’”étape finale de normalisation des relations” entre les deux pays, après plus de 25 ans de tensions liées au rôle joué par la France dans cette tragédie.

“Le parcours de reconnaissance, à travers nos dettes, nos dons, nous offre l’espoir de sortir de cette nuit et de cheminer à nouveau ensemble”, a-t-il déclaré. “Sur ce chemin, seuls ceux qui ont traversé la nuit peuvent peut-être pardonner, nous faire le don de nous pardonner”, a-t-il ajouté.

“En me tenant, avec humilité et respect, à vos côtés, ce jour, je viens reconnaître nos responsabilités”, a déclaré Emmanuel Macron dans cette allocution empreinte de solennité, prononc&eacu...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles