Au Royaume-Uni, le chômage au plus bas depuis 50 ans

Si le marché du travail se porte très bien au Royaume-Uni, ce n'est pas suffisant pour contrer la flambée de l'inflation qui ronge la hausse des salaires des employés britanniques.

Le marché du travail britannique ne s'est jamais aussi bien porté. Sur les trois derniers mois, le chômage a reculé à 3,7% en mars contre 3,8% en février. C'est son niveau le plus bas depuis 1974. Selon l'office national des statistiques, il y a actuellement plus d'offres d'emploi que de personnes au chômage, une situation inédite qui a fait bondir la livre mardi sur le marché des changes.

A contrario, le tableau est beaucoup plus sombre du côté des rémunérations. Entre janvier et mars, en intégrant les bonus à la paie, les salaires augmentent de 7%, mais en réalité avec l'inflation la hausse n'est que de 1,4%. Quant aux salaires de base, hors bonus, s'ils ont bien augmenté de 4,2%, ils sont dans le même temps corrigés par l'inflation. Résultat, ils perdent 2% par rapport à la même période l'an passé. C'est la plus forte baisse depuis juillet 2013.

Au Royaume-Uni, l'inflation pourrait dépasser les 10% d'ici la fin de l'année. Pour l'enrayer, la banque d'Angleterre pourrait se voire contrainte d'augmenter son taux d'intérêt, le passant de 1% actuellement à 3% l'année prochaine.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles