Au Québec, les féminicides se succèdent, la rue crie son ras-le-bol

·1 min de lecture

Au Québec, en huit semaines, huit femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-conjoint. Des manifestations ont eu lieu simultanément dans une vingtaine de villes, réunissant des élus, des représentants du gouvernement, des municipalités et des citoyens.

Avec notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas

« Les femmes, c’est important dans la vie. C’est notre mère, notre sœur, notre cousine… » Comme beaucoup d’autres, cette manifestante témoigne de son soutien aux femmes victimes de violence conjugale. « C’est très important de respecter les femmes, et surtout qu’elles doivent vivre et non les tuer. »

Cette mère et sa fille adultes se sentent solidaires des victimes. « On dirait que cette année, on a, toutes, atteint un ras-le-bol. On dit, ensemble, que c'est assez. »

Le gouvernement du Québec a récemment adopté une série de mesures pour soutenir celles qui fuient la violence d’un conjoint, mais les organismes d’aide dénoncent le manque de financement dans ce domaine. Line N’Guyen du Centre des femmes de Québec, réclame un meilleur soutien de tous pour prévenir le pire.

« Comment bien observer la violence conjugale, comment la reconnaitre. Tout le monde. »

Les manifestants espèrent que leur mobilisation va pousser les pouvoirs publics à en faire davantage contre la violence conjugale.