Au Québec, des citoyens réclament une réforme du mode de scrutin, jugé injuste

REUTERS - MATHIEU BELANGER

Les députés de l’Assemblée nationale du Québec entament leurs travaux parlementaires après leur élection le 3 octobre. Des manifestants en ont profité pour réclamer aux élus de revoir le mode de scrutin tandis que des étudiants de l'université Laval à Québec sont en grève. Le résultat des élections a laissé plus d’un citoyen sur sa faim.

« Le 3 octobre, je me suis senti trahi. La boule au ventre puis le sentiment de désespoir qui vient lors d’une soirée électorale, on ne les revivra pas, scande un manifestant. Nous ne passerons pas à autre chose. » Entourés de députés de partis d’opposition et d’un ancien président de l’Assemblée nationale, des citoyens réclament des élus qu’ils revoient la façon dont les Québécois élisent leurs représentants.

► À lire aussi : Les Québécois reconduisent la coalition nationaliste en place depuis 2018

Conçu essentiellement pour un affrontement entre des candidats de deux partis, le système produit des résultats électoraux plutôt injustes lorsque le nombre de formations politiques augmente. Lors des dernières élections, le fait que cinq partis se divisent le vote avait favorisé la Coalition avenir Québec, qui avait raflé les trois quarts des sièges avec 41% des voix. Avec approximativement le même pourcentage de voix, Le Parti libéral avait fait élire 21 députés contre trois seulement pour le Parti québécois.

Pas représentatif

Il y a presque un an, la Coalition avenir Québec, actuellement au pouvoir, a abandonné un projet de loi pour revoir le mode de scrutin.


Lire la suite sur RFI