Au procès de R. Kelly, une victime raconte les violences et les humiliations

·2 min de lecture
La chanteur R. Kelly le 17 août 2021 - Antonio Perez - AFP
La chanteur R. Kelly le 17 août 2021 - Antonio Perez - AFP

Une victime présumée de R. Kelly a raconté jeudi, en lisant son journal intime de l'époque, comment la star déchue du R&B l'avait violentée et humiliée, lors du procès à New York où le chanteur américain est jugé pour plusieurs abus sexuels.

Aujourd'hui âgée de 28 ans, Jerhonda Pace n'en avait que 16, en dessous de l'âge du consentement aux Etats-Unis, lorsqu'elle a eu des relations sexuelles sur une période de six mois avec le musicien originaire de Chicago, déjà vainqueur de trois Grammy Awards à l'époque.

Assouvir ses fantasmes lors d'ébats qu'il filmait

Devant le jury, elle a pleuré en lisant des passages de son journal, où elle raconte que le chanteur l'a giflée: "Si je lui mens encore, la prochaine fois, ça ne sera pas une petite tape", a-t-elle lu.

Elle a aussi raconté un épisode où le chanteur l'a étranglée au cours d'une dispute jusqu'à ce qu'elle perde connaissance, avant d'avoir ensuite une relation sexuelle. Selon son récit, il lui demandait de porter des tenues de scout ou de se faire des tresses pour mieux assouvir ses fantasmes lors d'ébats qu'il filmait.

Mais un jour, après une nouvelle et dernière relation sexuelle, elle en a "eu marre. Je suis rentrée chez moi et j'ai tout raconté", a-t-elle expliqué. Durant son contre-interrogatoire, l'un des avocats de la défense a tenté de présenter Jerhonda Pace en "groupie qui harcelait" le chanteur après la fin de leur relation, ce qu'elle a réfuté.

Herpès génital

La victime, l'une des six du procès, accuse aussi R. Kelly de lui avoir transmis à l'époque un herpès génital sans la prévenir qu'il était atteint par cette maladie sexuellement transmissible. Une position confortée par le médecin du chanteur, Kris McGrath, qui a confirmé qu'il lui avait prescrit un traitement dès 2007.

Le chanteur de 54 ans, connu dans le monde entier notamment pour son tube I Believe I Can fly, est jugé devant le tribunal fédéral de Brooklyn pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018.

Selon l'acte d'accusation, il dirigeait un réseau qui recrutait et préparait des jeunes filles à avoir des relations sexuelles avec lui, les enfermant dans leurs chambres d'hôtel quand il était en tournée. Star mondiale, il avait plusieurs fois été accusé d'abus sexuels mais avait été acquitté lors d'un procès en 2008 pour pédopornographie. S'il est reconnu coupable de toutes les charges par le jury, R. Kelly risque entre 10 ans de prison et la perpétuité.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles