Au procès de l'attentat de Nice, l'insoutenable projection des images de vidéosurveillance

Ce sont des images que personne n'avait vraiment envie de voir mais que de nombreuses parties civiles jugeaient nécessaire de visionner. La vidéosurveillance de la promenade des Anglais à Nice ce 14 juillet 2016 a été projetée à l'assistance lors du procès de cet attentat qui a coûté la vie à 86 personnes.

Des images sans son mais extrêmement éprouvantes qui donnent à voir des dizaines de personnes écrasées, projetées comme des quilles. Des images que plusieurs parties civiles, obligées de sortir en pleurs, n'ont pas supporté. Néanmoins, il était nécessaire pour la cour de les visionner selon l'une de leurs avocates, Catherine Szwarc. "Ça me paraît essentiel pour la manifestation de la vérité, bien sûr. Et oui, c'est dur, il y a eu des cris de certaines victimes qui peut-être se sont reconnues, qui ont certainement reconnu des proches et c'est difficile", dit-elle.

"Je ne regrette pas"

Avec son époux et des amis, Isabelle Picard était sur la promenade ce soir-là, tout près du camion. "Ce sont des images de terreur qui sont indescriptibles. Des moments apocalyptiques, je dirais. J'ai tenu absolument à regarder cette vidéo, je ne le regrette pas. Je pense qu'un retour en arrière était nécessaire pour une reconstruction future."

>> LIRE AUSSIAttentat de Nice : ce que les Niçois attendent du procès

Le soir de l'attentat, Stéphane a perdu sa femme Rachel. Ils étaient venus assister au feu d'artifice avec leurs deux jeunes enfants. "Le détail qui revient, c'est la vit...


Lire la suite sur Europe1