Au procès Daval, le face-à-face douloureux entre Jonathann et la mère d'Alexia

·1 min de lecture

C'était un face-à-face intime et douloureux que la mère d'Alexia attendait pour obtenir des réponses. Vendredi, devant la cour d'assises de la Haute-Saône, Isabelle Fouillot a longuement échangé avec son gendre, Jonathann Daval. Celui qu'elle considérait comme son fils, et qui a tué sa fille. Elle n'en a rien obtenu.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

"C'était quoi la finalité de la tuer ? Qu'elle se taise ?"

Appelée pour la dernière fois à la barre, Isabelle Fouillot refuse de croire que sa fille a été tuée pour "de simples mots", comme le soutient Jonathann. Lors d'un échange d'une rare intensité, elle a donc interpellé à travers la petite salle des assises son ancien gendre pour tenter de lui arracher d'ultimes explications.

"S'il te plait, lâche-toi Jonathann, tu sais que c'est la dernière fois que je te vois, j'ai besoin de savoir pourquoi", lui a-t-elle lancé. Face à elle, dans le box des accusés, Jonathann Daval oppose toujours la même réponse à celle qu'il appelait autrefois "maman", et qu'il continue d'appeler par son prénom. "Une dispute, Isabelle, faut me croire. La dispute de trop, les mots de trop, les reproches de trop."

"Ne me dis pas que tu l'as tuée pour quelques mots", poursuit-elle. "C'était quoi la finalité de la tuer ? Qu'elle se taise ? Là elle s'est tue. Tu es heureux, maintenant qu'elle s'est tue ? Elle s'est tue à jamais, moi non plus je ne l'entendrai plus. Je n'entendrai plus son rire, je n'entendrai plus sa vo...


Lire la suite sur Europe1