Au procès Bygmalion, un duel de fantômes

·1 min de lecture
Le rôle de Jean-François Copé a occupé les deux premiers jours d'audience du procès Bygmalion, sans pourtant avoir été renvoyé devant le tribunal correctionnel.
Le rôle de Jean-François Copé a occupé les deux premiers jours d'audience du procès Bygmalion, sans pourtant avoir été renvoyé devant le tribunal correctionnel.

C'est un plaisir auquel on ne s'adonne que trop rarement : faire la chronique judiciaire de ce qui se passe en dehors plutôt qu'en dedans. Nicolas Sarkozy n'assiste pas à son procès, Jean-François Copé n'est pas au procès de Nicolas Sarkozy, ce qui n'empêche pas les deux hommes d'être au c?ur de ces deux premiers jours d'audience. Le premier en tant que prévenu, soupçonné d'avoir sciemment explosé le plafond légal des dépenses de sa campagne présidentielle de 2012 ; le second, en tant que témoin, viendra bientôt dire ce qu'il savait exactement de la magouille ? à l'en croire, à peu près rien.

S'ils sont pour le moment absents, on comprend cependant aisément que l'ancien président de la République et l'ex-secrétaire général de l'UMP n'ont pas loupé l'échéance judiciaire pour le plaisir de partager un café sur une terrasse éphémère à deux pas de l'Élysée. Il suffit, à ce sujet, d'observer l'entrain mis par les avocats de la défense pour tenter de faire asseoir Jean-François Copé au milieu de leurs clients, pour se faire une idée de la joute verbale à venir?

À LIRE AUSSIEXCLUSIF. Affaire Bygmalion : le document qui contredit Jean-François Copé

Jean-François Copé, à l'époque à la tête du parti, a en effet miraculeusement échappé à une mise en examen, alléguant n'avoir rien su des dépenses tentaculaires des meetings de l'ancien chef de l'État. Problème : un document bancaire récemment exhumé par Mes Ingrain et Lorrain, les avocats de Guillaume Lambert, ex-directeu [...] Lire la suite