Au procès Balladur, la note qui peut tout changer

·1 min de lecture

Un seul être vous ment et tout est dérangé. Le procès d'Edouard Balladur devant la Cour de justice de la République (CJR) pour le financement de sa campagne présidentielle de 1995 a soudain dévié de sa route, mercredi, quand un document oublié a placé l'un des principaux témoins à charge devant ses contradictions. Le témoin confondu est l'ancien député (RPR) René Galy-Dejean, 88 ans, qui fut le trésorier de ladite campagne. Quant à la pièce décisive, c'est une note signée par lui le 13 juin 1995, peu avant la clôture des comptes du candidat, dont il avait la charge.

"Avez-vous adressé une note à Edouard Balladur?", a demandé le président de la CJR à l'ancien parlementaire. "Non", a-t-il répondu… avant qu'on lui mette la note sous les yeux. "C'est ce que je considérais devoir faire, je n'ai plus en mémoire les éléments", a-t-il alors concédé, embarrassé.

Un "nettoyage" des disques durs

D'où vient ce document? C'est Nicolas Bazire, jadis directeur du cabinet de Balladur à Matignon (et à présent haut dirigeant du groupe LVMH) qui l'a fait remettre à la justice, comme l'a révélé cette semaine Le Canard enchaîné. Que contient-il? Le bilan des opérations financières effectuées pour le candidat avant la présentation des comptes officiels au Conseil constitutionnel. "A détruire après lecture, est-il précisé par Galy-Dejean. Il n'en existe qu'un autre exemplaire, sous coffre, et qui sera prochainement détruit par mes soins." Le courrier - dont le JDD détient une copie - indique aussi ...


Lire la suite sur LeJDD