Au procès du 13-Novembre, la vie "simple" de Salah Abdeslam avant les attentats

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La cour d'assises spéciale de Paris examine cette semaine les personnalités des 14 accusés présents. Salah Abdeslam, 32 ans et seul membre encore en vie des commandos jihadistes qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et à Saint-Denis, est le premier à être interrogé.

Une "enfance normale" en Belgique, avant la délinquance. Au procès du 13-Novembre, le principal accusé Salah Abdeslam s'est présenté mardi comme un homme au parcours assez lisse et "imprégné par les valeurs occidentales" avant sa radicalisation et les attentats. La cour d'assises spéciale de Paris examine cette semaine les personnalités des 14 accusés présents. Salah Abdeslam, 32 ans et seul membre encore en vie des commandos jihadistes qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et à Saint-Denis, est le premier à être interrogé.

L'exercice est délicat: il s'agit d'évoquer sa vie sans "déborder sur le fond" du dossier qui ne sera abordé qu'en 2022, et donc sans évoquer son engagement religieux, comme le répétera plusieurs fois le président Jean-Louis Périès. Barbe fournie, crâne rasé, gros gilet gris sur une chemise beige, Salah Abdeslam décrit dans des réponses succinctes son enfance "très simple", heureuse, de fils d'immigrés marocains vivant à Molenbeek, une commune de l'agglomération bruxelloise.

Son père y est chauffeur de tramway, sa mère femme au foyer, il est le quatrième d'une fratrie de cinq. "J'ai trois grands frères, une petite soeur. Qu'est-ce que vous voulez savoir?", demande Salah Abdeslam d'une voix calme teintée d'un léger accent belge, les mains jointes devant lui. Précisant n'avoir qu'"une seule" nationalité - française - il se décrit comme un enfant "calme, gentil, serviable".

L'accusé ne fuit pas les questions même s'il n'offre que de brèves réponses

"Bon élève", "aimé de (ses) professeurs", il a suivi un "enseignement technique en électromécanique" puis arrêté les études à 18 ans pour travailler. Il aime le sport "de combat, la musculation, le foot". La cour veut parler de sa vie(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles