Au procès du 13-Novembre, un plaidoyer pour Paris et les «victimes oubliées»

Eric TSCHAEN/POOL/SIPA

En plus de se prononcer sur la culpabilité des 20 accusés du procès des attentats du 13-Novembre, la cour devra dire si la requête de la Ville de Paris mais aussi de la municipalité de Saint-Denis, du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge ou encore de La Belle Équipe de se constituer partie civile est recevable.

Quel est le point commun entre la Ville de Paris et les humbles habitants de l'immeuble de Saint-Denis où s'étaient réfugiés deux membres du commando ? La voix de leur avocat a résonné jeudi pour leur obtenir le statut de victimes au procès du 13-Novembre. "Le 13-Novembre n’est pas un attentat à Paris mais un attentat contre Paris", a plaidé l'avocat Patrick Klugman au nom de la Ville de Paris tandis que sa consœur Claudette Eleini a fait entendre la voix des "victimes contestées" de l'immeuble de Saint-Denis pris d'assaut par le Raid le 18 novembre 2015 et qui aimeraient obtenir le statut de "victimes du terrorisme".

En plus de se prononcer sur la culpabilité des 20 accusés du procès des attentats du 13-Novembre, la cour présidée par Jean-Louis Périès devra dire, à l'issue de son délibéré, si la requête de la Ville de Paris mais aussi de la municipalité de Saint-Denis, du Bataclan, du Carillon, du Petit Cambodge ou encore de La Belle Équipe de se constituer partie civile est recevable.

C'est également le souhait des habitants de l’immeuble de Saint-Denis où se situait "l'appartement conspiratif" d'Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, deux assaillants du commando des terrasses.

"Pour les victimes du 13-Novembre, des moyens furent immédiatement mis en place pour leur venir en aide. D'autres victimes, réduites au silence, souffrent depuis six ans : les victimes du 48 rue de la République à Saint-Denis où s'étaient réfugiés Abaaoud et Akrouh", a rappelé Me Eleini.

"Ces victimes n'ont nullement été aidées, elles n'ont bénéficié d'aucune aide matérielle, de réunion d'information, n'ont pas été contactées par l’État. Au contraire, ces victimes ont été humiliées, diffamées, traînées dans la boue, instrumentalisées,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles