Au procès du 13-Novembre, l'audition superflue de François Hollande

·1 min de lecture

13-NOVEMBRE - C’est un témoin qui ne faisait pas l’unanimité. Ce mercredi 10 novembre, pour la première fois en France, un ancien chef de l’État, François Hollande, était entendu en tant que témoin dans le cadre d’un procès pour terrorisme, celui des attentats du 13 novembre 2015.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article, cette audition a provoqué des débats au sein de la Cour d’assises spéciale, sur la pertinence ou non d’entendre un ancien président de la République.

“Les avocats ont beaucoup débattu de ce sujet, certains s’inquiétant que tout cela se transforme en tribune politique”, rapporte notre reporter Pierre Tremblay, qui a suivi la journée pour Le HuffPost.

Notre journaliste raconte une audience qui ressemblait parfois davantage à une commission d’enquête parlementaire qu’à un procès. Durant quatre heures, François Hollande a répondu à de nombreuses questions sur les interventions extérieures de la France, l’efficacité des services de renseignement ou les opérations policières le soir des attentats. Un exercice certes inédit, mais qui, au final, a révélé peu de choses sur les faits reprochés aux accusés.

À voir également sur Le HuffPost: Les images de la salle d’audience du procès du 13-Novembre

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles