Au procès du 13 Novembre, l’heure du réquisitoire

Croquis d'audience représentant les avocats généraux Nicolas Le Bris, Camille Hennetier et Nicolas Braconnay au procès des attentats du 13 novembre 2015. 
Croquis d'audience représentant les avocats généraux Nicolas Le Bris, Camille Hennetier et Nicolas Braconnay au procès des attentats du 13 novembre 2015.

« Que retiendra-t-on ? Quelles images ? Quelles paroles resteront ? » Des questions vertigineuses, pour un procès des attentats du 13 novembre 2015 qui l'est tout autant. Ce mercredi, au 135e jour d'audience, la parole était donnée aux avocats généraux. Un réquisitoire à trois voix qui doit durer jusqu'à vendredi, et à l'issue duquel les représentants du Parquet national antiterroriste – et donc de la société – demanderont le quantum de peines à l'encontre des vingt accusés (dont six jugés par défaut).

C'est donc par ces questions que Camille Hennetier, une des premières à s'être rendue sur les lieux des attaques le soir du 13 novembre 2015, a ouvert le bal. « On retiendra votre verdict, bien sûr, les noms des disparus égrenés le 10 septembre et l'ultime hommage qui leur a été rendu lors des plaidoiries des avocats, les récits des victimes et incontestablement, incontestablement, la cruauté des terroristes qui tirent au coup par coup et achèvent certaines personnes avec délectation », a commencé l'avocate générale.

À LIRE AUSSIProcès du 13 Novembre : « Le Bataclan est aussi un champ de héros »

Avant de s'attacher à démontrer quelles sont les responsabilités de chacun des accusés dans la commission des faits, Camille Hennetier nous ramène neuf mois en arrière, à l'ouverture de ce procès fleuve : « Le 8 septembre avait un goût de saut dans l'inconnu. Un procès “hors norme”, a-t-on souvent entendu. […] Pour autant, c'est une audience qui a ressemblé à beaucoup d [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles