Au procès du 13-Novembre, les "gueules cassées" du Bataclan

·2 min de lecture

Au procès des attentats du 13-Novembre, les «gueules cassées» du Bataclan ont raconté jeudi leurs blessures «de guerre».

Une béquille plantée devant la cour, un bras couvert de cicatrices appuyé au pupitre, une bouche en partie paralysée au micro. Au procès des attentats jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris, les «gueules cassées» du Bataclan ont raconté jeudi leurs blessures «de guerre». «Vous voulez une chaise pour vous assoir ?», demande le président de la cour d'assises spéciale. «Je la prendrai si besoin mais j'ai envie de témoigner debout», répond Amandine, qui se balance légèrement sur sa béquille.

«Tout le monde l'a dit», ce soir-là dans la salle de concert parisienne, «l'ambiance était joyeuse». Jusqu'aux «pétards», commence la jeune femme de 38 ans, longs cheveux bruns et robe à fleurs. «J'ai vu les gens tomber comme des dominos». Elle-même se retrouve au sol. «J'ai cru que j'avais trébuché mais je venais d'être fauchée à mon tour» par une rafale de Kalachnikov, «sans avoir rien senti». Son tibia est «explosé», une «plaie béante», son bras «dans le même état».

La lumière est éclatante. Allongée au milieu des corps «enchevêtrés sur un mètre de hauteur», Amandine essaie de mettre ses blessures «en évidence». Pour que ceux qui «achèvent les gens avec une certaine délectation» la croit morte, explique-t-elle.

"Elle ne veut pas trop se montrer... mais elle est là"

Dans la fosse du Bataclan avec sa compagne - depuis seulement ¡deux mois» -, Pierre-Sylvain retrouve, lui, des réflexes de service militaire. L'homme de 54 ans a tout de suite identifié l'odeur «âcre» de la poudre, reconnu le bruit de la Kalachnikov, repéré le positionnement des tireurs. «On est foutus», en déduit-il. Il compte «un tir par seconde».

Soudain, une gerbe de sang sur la tête de son amie, puis une deuxième balle - «j'ai cru que ma tête s'ouvrait en deux». Il(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles