Au Pakistan, nouvelle tentative de la police pour arrêter l'ex-Premier ministre Imran Khan

Au Pakistan, nouvelle tentative de la police pour arrêter l'ex-Premier ministre Imran Khan

Les forces de l'ordre pakistanaises ont utilisé des gaz lacrymogènes pour repousser des partisans d'Imran Khan, qui tentaient, mardi, d'empêcher des policiers de l'arrêter à son domicile. L'ancien Premier ministre est sous le coup d'un mandat d'arrêt après s'être soustrait à plusieurs assignations à comparaître au tribunal, invoquant des raisons de sécurité.

Des heurts ont éclaté dans la nuit de mardi 14 à mercredi 15 mars entre policiers et partisans de l'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan à Lahore (est), où il reste retranché à son domicile, défiant les tentatives d'arrestation.

Bien qu'il reste très populaire et espère revenir au pouvoir lors des élections législatives prévues d'ici octobre, Imran Khan a été renversé en avril 2022 par une motion de censure et est confronté depuis à une multitude de procédures judiciaires.

La police s'est livrée à des batailles rangées avec les militants du parti d'Imran Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), près de sa résidence de Zaman Park pendant toute la nuit, tirant des gaz lacrymogènes et esquivant les pierres lancées par la foule en colère.

>> À lire : Pour l'ex-Premier ministre pakistanais Imran Khan, "il existe toujours une menace" sur sa vie

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Pakistan : l'ex-Premier ministre Imran Khan blessé lors d'un rassemblement politique
Au Pakistan, l'ex-Premier ministre Imran Khan privé d'élection pendant cinq ans
Au Pakistan, l'ex-Premier ministre Imran Khan risque une arrestation pour trahison