Pérou : le président par intérim Manuel Merino démissionne

Source AFP
·1 min de lecture
« Je veux faire entendre à tout le pays que je présente ma démission », a déclaré Manuel Merino lors d'une allocution télévisée. (Illustration)
« Je veux faire entendre à tout le pays que je présente ma démission », a déclaré Manuel Merino lors d'une allocution télévisée. (Illustration)

Il aura suffi de cinq jours. Manuel Merino, le président par intérim du Pérou, a été poussé à la démission par la rue et la classe politique, dimanche 15 novembre, après son accession contestée à la présidence du pays.

« Je veux faire entendre à tout le pays que je présente ma démission », a déclaré Manuel Merino lors d'une allocution télévisée, au lendemain de la violente répression des manifestants exigeant son départ, qui a fait au moins trois morts et une centaine de blessés. Des scènes de liesse ont aussitôt eu lieu dans les rues de la capitale.

Le Parlement doit désormais nommer un nouveau président parmi ses membres, le troisième en moins d'une semaine après la destitution par cette même assemblée de Martin Vizcarra, populaire président mis en défaut par une procédure expéditive qui témoigne de la fragilité des institutions péruviennes. Une session plénière a été convoquée à 22 heures pour désigner un nouveau président qui pourrait être issu du parti centriste Morado, le seul qui s'est opposé à la destitution de Martin Vizcarra.

Une situation politique « insoutenable »

Manuel Merino a indiqué que, pour éviter un « vide du pouvoir », les dix-huit ministres qu'il avait nommés jeudi resteraient temporairement à leur poste, bien que la majorité d'entre eux aient démissionné après la répression des manifestations samedi. Au moins trois personnes ont été tuées à Lima lors d'une nouvelle journée de manifestations réprimées par la police. Les manifestants, pour [...] Lire la suite