Publicité

Au Pérou, le domicile de la présidente perquisitionné pour des montres de luxe non déclarées

Le domicile de Dina Boluarte a été perquisitionné samedi par une quarantaine d'agents et de magistrats. La justice lui reproche de ne pas avoir déclaré dans son patrimoine une collection de Rolex. La présidente du Pérou fait déjà l'objet d'une enquête pour "génocide, homicide aggravé et blessures graves" après la mort de plus de 50 personnes durant les deux mois de troubles sociaux qui ont accompagné son accession à la tête de l'État.

Le domicile de la présidente du Pérou, Dina Boluarte, a été perquisitionné samedi 30 mars dans le cadre d'une enquête pour enrichissement illicite, la dirigeante étant soupçonnée de n'avoir pas déclaré dans son patrimoine une collection de montres de luxe.

Le siège du gouvernement a également été perquisitionné "conformément à l'ordre du tribunal", a déclaré à la presse le colonel de la police Harvey Colchado, sans préciser si des objets avaient été saisis.

Dans un bref message sur le réseau X, la présidence péruvienne a indiqué que l'opération au siège du gouvernement s'était déroulée "normalement et sans incident".

Puis, dans une adresse à la nation, Dina Boluarte a dénoncé la perquisition à son domicile comme "arbitraire, disproportionnée et abusive", en critiquant du "harcèlement systématique" à son égard.

Selon un document de la police, auquel l'AFP a eu accès, une quarantaine d'agents et de magistrats ont été mobilisés "dans le but de fouiller la maison et saisir les montres Rolex".

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Au Pérou, la justice prolonge la détention provisoire de l'ex-président Pedro Castillo
Amnesty présente des "preuves" d'exactions lors des manifestations au Pérou
En pleine crise politique, le Pérou étend l'état d'urgence