"Au nom de la terre" : grande émotion lors de la projection du film d'Edouard Bergeon avec Guillaume Canet

Odile Morain

Au nom de la terre raconte l'histoire d'une saga familiale au coeur du déclin d'une exploitation agricole. Le réalisateur poitevin Edouard Bergeon y évoque le suicide de son père, agriculteur, dans les années 1990.

Tourné à Saint-Pierre-sur-Orthe, en Mayenne, le film était projeté en avant-première dans la ferme qui a accueilli le tournage. A la fin du générique, l'émotion est palpable. "Ça fait 50 ou 60 fois que je montre ce film, je ne suis jamais ému, mais là... c'est une autre histoire", souffle-t-il au public, avant un long silence étranglé

Le film d'une vie

Au nom de la terre est le premier film de fiction d'Edouard Bergeron, auteur de nombreux reportages et documentaires pour la télévision. Un film confession qui raconte une histoire tragique et personnelle mais aussi le quotidien de nombreux agriculteurs d'aujourd'hui. "Ça prend aux tripes... c'est des choses qu'on a vécu autour de nous", confie un spectateur.

Echanger avec le public

Chaque séance est suivie de longues discussions. Dans le public, des exploitants ou des habitants du village parlent de leur expérience avec Guillaume Canet qui campe le personnage principal.

On a tous une assiette devant soi et cette assiette est remplie par les agriculteurs... Sans eux, on a rien à manger

Guillaume Canet

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi