Publicité

Au Niger, 23 militaires tués et 17 autres blessés dans une embuscade "terroriste"

Vingt-trois militaires nigériens ont péri dans "une embuscade" tendue par "des terroristes" lors d'une "opération de ratissage" de l'armée dans l'ouest, près du Mali et du Burkina Faso, a annoncé, jeudi soir, le ministère nigérien de la Défense.

L'armée nigérienne endeuillée par une nouvelle attaque. Vingt-trois militaires ont été tués dans "une embuscade" tendue par "des terroristes" lors d'une "opération de ratissage" des forces armées dans l'ouest du Niger, a annoncé, jeudi 21mars, le ministère nigérien de la Défense.

L'attaque a eu lieu dans la région de Tillabéri, située dans la zone dite des "trois frontières" entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso et connue pour être un repaire des jihadistes sahéliens.

L'armée y a mené de mardi à mercredi une "opération de ratissage" mais "au cours de leur désengagement", une unité a été prise dans "une embuscade complexe" au cours de laquelle 23 soldats ont été tués et "une trentaine de terroristes neutralisés", selon le ministère.

"Bombes artisanales et véhicules kamikazes"

L'opération avait pour "objectif de rassurer les populations victimes des exactions des groupes armés terroristes : assassinats, extorsion de fonds, vols de bétail...", ajoute-t-il.

"Plus d'une centaine de terroristes à bord de véhicules et de motos" ont attaqué une unité de l'armée entre les localités de Teguey et Bankilaré à l'aide de "bombes artisanales et de véhicules kamikazes", précise le communiqué.

"Malgré la riposte énergique, nous déplorons 23 valeureux militaires tombés sur le champ d'honneur et 17 blessés", ajoute-t-il.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Niger : après le départ de la France, l’échec de la méthode douce américaine
Niger, Mali et Burkina Faso formeront une "force conjointe" anti-jihadiste
G5 Sahel : le départ du Niger et du Burkina Faso confirme la "mort cérébrale" de l’organisation