Au Niger, des étudiants fabriquent leurs propres salles de classes en paillotte

Au Niger, les étudiants de l’Université André Salifou de Zinder, dans le Sud du pays, ont inauguré cette semaine des salles de classe en paillote. Par ce geste, ils veulent protester contre ce qu’ils appellent « la démission du gouvernement » face aux besoins de l’université nigérienne. Les étudiants de Zinder réclament notamment la construction de nouvelles salles de cours et le bitumage de la route nationale 11 qui mène à la faculté.

Fatigués de manquer de place, les étudiants de l’université André Salifou ont décidé de fabriquer eux-mêmes deux salles de classe en paillote. Elles peuvent accueillir respectivement 45 et 36 élèves. Ce n’est pas assez, selon Ismaïlou Hammi Mahama Rabbiou, secrétaire générale de l’association des étudiants : « À l'université de Zinder, nous n'avons que 30 salles de cours 2 amphithéâtres. Or, nous avons plus de 60 niveaux d'études. Un même niveau d'étude ne peut pas faire cours matin et soir, tout simplement par manque de salle de classes. Pour l'année en cours, il y a des niveaux qui n'ont même pas atteint 15% de l'exécution du programme annuel. »

Une initiative que ne prend pas au sérieux le rectorat de l’université, qui estime que l’État a déjà fait de gros efforts. « Le ministère de l'enseignement supérieur a annoncé la construction de deux amphithéâtres : l'un de 1000 places, un autre de 500 places. Il y a aussi la construction en cours d'un amphithéâtre en tente marocaine dont la réception est prévue pour les semaines à venir. Et le rectorat de l'université a entrepris des démarches au niveau de la ville de Zinder, au niveau des établissements secondaires et on a obtenu quinze salles pour les utiliser l'après-midi à partir de 14h », répond Abba Adam Crou, secrétaire général du rectorat.

L’université de Zinder dénombre aujourd’hui près de 10 000 étudiants inscrits. Sa capacité d’accueil est d’un étudiant pour 0,6 place assise.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles