Au Népal, la population de tigres sauvages a presque triplé en douze ans

Le tigre sauvage du Népal va bien. Leur nombre a presque triplé en 12 ans, grâce aux efforts du pays himalayen pour sauver ces mythiques félins de l'extinction. Avec 12 autres pays, notamment le Bangladesh, le Cambodge, la Chine, l'Inde et la Thaïlande, le Népal s'était engagé en 2010 à mieux protéger les tigres.

Trois cent cinquante-cinq tigres sauvages vivent aujourd’hui au Népal, contre 121 environ en 2009.

Le Népal est le seul parmi treize pays asiatiques à avoir atteint et même dépassé l’objectif commun fixé en 2010 : doubler le nombre de tigres jusqu’en 2022, qui est, justement, l’année du tigre dans l’horoscope chinois.

À l’époque, le nombre de ces majestueux prédateurs – à la fois adorés et pourchassés – avait été estimé à moins de 3 200 alors que l’on en comptait encore plus de 100 000 au début du 20e siècle.

► À lire aussi : Depuis 2000, plus de 2 300 tigres victimes de trafics ont été saisis

C’est grâce à l’aide de milliers de caméras infrarouges, installées sur une vaste étendue des plaines du sud du Népal, que les défenseurs de la faune sauvage ont pu scruter les mouvements et la reproduction de ces félins dont chaque rayure est unique, telle une empreinte digitale. Le programme de protection a vite porté ses fruits.

Le tigre, incarnation de la sagesse pour les Tibétains, le frère de l’homme pour les Indiens, est victime de la déforestation. C’est aussi l’une des espèces les plus braconnées au monde, recherchée pour sa peau et appréciée dans la médecine traditionnelle chinoise.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles