Au Népal, la Cour suprême ordonne de limiter le nombre d'alpinistes pouvant gravir l'Everest

La Cour suprême du Népal a ordonné au gouvernement de limiter le nombre de permis d'ascension délivrés pour gravir plusieurs sommets célèbres du pays himalayen, dont l'Everest, selon un résumé rendu public cette semaine de sa décision datant de fin avril.

Rendre les sommets du Népal – dont l'Everest – moins accessibles à leurs nombreux visiteurs. Voilà le sens de la décision rendue par la Cour suprême du pays, qui a ordonné au gouvernement de limiter le nombre de permis d'ascension délivrés pour gravir plusieurs sommets célèbres.

La capacité d'accueil des régions montagneuses "doit être respectée" et un nombre maximal adéquat de permis doit être déterminé, a tranché la plus haute juridiction népalaise, selon un résumé rendu public cette semaine de sa décision datant de fin avril.

La Cour "a ordonné de limiter le nombre des alpinistes" sur plusieurs sommets, dont l'Everest, le plus haut du monde, qui culmine à 8 849 mètres d'altitude, a dit à l'AFP Deepak Bikram Mishra, un avocat qui avait déposé une requête en ce sens, au moment où la saison des escalades de printemps débute.

Le Népal accorde actuellement des permis à toutes celles et ceux qui souhaitent faire l'ascension de l'Everest et sont prêts, pour ce faire, à débourser 11 000 dollars. L'année dernière, 478 ont été octroyés – un record.

"Nous mettons trop de pression sur la montagne et nous devons lui donner un peu de répit", a lancé Deepak Bikram Mishra.

Embouteillage humain sur l'Everest en 2019

Le Népal a délivré des permis à 945 alpinistes depuis le début de l'année, dont 403 pour l'Everest.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Réchauffement de l'Himalaya : la neige déserte les montagnes indiennes
La fonte des glaciers de l'Himalaya s'accélère à un rythme sans précédent
L'Himalaya, une bombe climatique qui menace l'Inde