Au musée d’Orsay, le génie de Gaudí

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Son univers est toujours auréolé de mystère. Antoni Gaudí (1852-1926) fait partie de ces maîtres célèbres dont certaines œuvres sont classées au patrimoine mondial de l’humanité et dont le destin semble indissociable de la ville dans laquelle ils ont vécu, en l’occurrence Barcelone, que le Catalan a modelée au gré de ses inspirations. Avec le concours du musée national d’Art de Catalogne, Orsay déroule le tapis rouge à ­l’architecte emblématique à travers une exposition foisonnante, à la fois intimiste et spectaculaire, qui se donne pour mission d’expliquer son processus créatif. Parvenant à un équilibre entre l’érudition et la vulgarisation, cette première monographie depuis 1910 en France s’adresse autant aux spécialistes qu’aux novices.

Le parcours, étonnant, mise sur une scénographie éblouissante : un labyrinthe de salles aux couleurs éclatantes qui soulignent la flamboyance des pièces les plus impressionnantes, tout en ménageant des parenthèses studieuses voire austères quand il s’agit de contempler les croquis préparatoires minutieux ou les différentes influences revendiquées. On ­s’arrête devant les boiseries exécutées entre 1906 et 1910 pour le vestibule d’un appartement de la Casa Milà, en chêne sculpté et verre cathédrale, avec des éléments de serrurerie en laiton, qui donnent le ton dès ­l’entrée, sublimées par des cimaises vertes. Autant de témoignages de l’extravagance et de la singularité de l’architecte.

Moulages et maquettes

Même constat au détour des couloirs...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles