Somalie : attaque meurtrière des Shebab dans un restaurant de Mogadiscio

·2 min de lecture

En Somalie, l'explosion d'un véhicule piégé vendredi dans un restaurant de Mogadiscio a causé la mort de plusieurs personnes et fait des dizaines de blessés, selon un bilan provisoire. L'attaque a été revendiquée par les islamistes shebab.

Plusieurs personnes ont été tuées, vendredi 5 mars, par l'explosion d'un véhicule piégé contre un populaire restaurant de la capitale somalienne Mogadiscio, a annoncé la police. L'attaque a été revendiquée par les islamistes Shebab.

Le bilan est passé de 10 à 20 morts, a rapporté samedi l'agence de presse gouvernementale, citant le service d'ambulance Aamin.

Selon le porte-parole de la police, Sadick Dudishe, l'attentat contre le restaurant a été perpétré avec un "rickshaw" (tricycle motorisé), doté d'un plateau de transport de marchandises chargé d'explosifs.

"Les terroristes (...) ont visé une restaurant fréquenté par des civils. Dix personnes ont été tuées et 30 autres ont été blessées", a-t-il déclaré à la presse vendredi après l'attentat.

>> À voir aussi : "La Somalie est à la recherche d’une unification"

"L'explosion a été très forte et a causé des destructions importantes et fait des victimes civiles. Les opérations sont toujours en cours pour établir le bilan exact des victimes", a déclaré vendredi soir le responsable sécuritaire, Mohamed Osman, faisant également état d'un bilan initial de 10 morts.

"Il se pourrait qu'il y ait plus de victimes, mais c'est difficile à dire pour le moment", avait-il ajouté.

Le patron d'un service d'ambulances a, de son côté, indiqué que le décès de 20 personnes avait été confirmé.

"Nos équipes sur le terrain ont confirmé la mort de 20 personnes, 30 autres ont été blessées", a déclaré le directeur du service d'ambulances Amin de Mogadiscio, Abdikadir Abdirahman.

Des attaques récurrentes

Les islamistes somaliens Shebab, qui commettent régulièrement des attentats dans la capitale somalienne, ont revendiqué l'attentat.

Les Shebab mènent depuis des années une rébellion pour renverser le fragile gouvernement somalien, soutenu à bout de bras par la communauté internationale.

Ils ont été chassés de Mogadiscio en 2011 par la force de l'Union africaine (UA), l'Amisom, mais contrôlent toujours de larges portions de la Somalie, qui a sombré dans le chaos depuis 1991.

Avec AFP et AP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles