Au moins 22 morts dans une attaque dans l'est de la RDC

·1 min de lecture

BENI, République démocratique du Congo (Reuters) - Au moins 22 personnes ont été tuées lors d'un raid de nuit dans un village dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ont déclaré mardi les autorités locales qui soupçonnent les Forces démocratiques alliées (FDA), un groupe islamiste basé en Ouganda.

Les assaillants ont frappé tard lundi, tuant les habitants du village de Mwenda à coups de machettes et de fusils, a raconté Jeremi Mbweki, un représentant de la société civile.

Il a accusé les Forces démocratiques alliées (FDA), une milice islamiste ougandaise peu à peu devenue la plus meurtrière de la région, également soupçonnée d'avoir attaqué un village voisin la semaine dernière et tué 17 autres personnes.

"Maintenant, nous vivons dans la peur totale, sans aucune certitude quant à l'avenir", a déploré Jeremi Mbweki lors d'un entretien téléphonique.

L'administrateur du territoire de Beni, Donat Kibwana, a confirmé le nombre de morts et accusé la FDA.

Neuf autres corps ont été découverts lundi dans un autre village de la région - également victimes d'une attaque présumée de la FDA, a déclaré Donat Kibwana.

Les frontières de la RDC avec l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi sont régulièrement la cible d'attaques, souvent de milices qui se sont formées lors des précédentes guerres civiles au Congo.

L'État islamique a revendiqué la responsabilité de nombreuses attaques présumées de la FDA dans le passé, bien que les experts de l'ONU aient déclaré la semaine dernière n'avoir pu confirmer aucun lien direct entre les deux groupes.

(Erikas Mwisi Kambale, version française Kate Entringer)