Au moins 21 migrants sont morts dans un double naufrage en mer Égée

STRINGER/REUTERS

Deux nouveaux drames en Méditerranée ont endeuillé la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 octobre, annonce le quotidien grec I Kathimerini. À Lesbos, île grecque située à moins de 10 kilomètres des côtes turques, au moins 17 personnes – 16 femmes et un garçon, apparemment d’origine africaine – ont trouvé la mort dans le naufrage de leur embarcation. Dix autres femmes ont été secourues et 13 personnes sont encore portées disparues. À Cythère, île située entre le Péloponnèse et la Crète, un voilier a fait naufrage, avec une centaine de personnes à bord. Au moins cinq personnes ont trouvé la mort et une quinzaine sont actuellement portées disparues.

La traversée des côtes turques aux îles grecques compte parmi les passages privilégiés pour les exilés en quête d’Europe. Mais ces périlleuses routes maritimes sont le théâtre de drames répétés en Méditerranée, où plus de 3 200 personnes sont mortes en 2021, selon les chiffres de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés. I Kathimerini revient sur le naufrage de Lesbos :

“Le bateau est parti tard la nuit dernière de la région [turque] d’Ayvali, dans des conditions extrêmement défavorables. Dans le détroit maritime entre Lesbos et les côtes turques, des vents d’intensité 7 et 8 sur l’échelle de Beaufort [de 50 à 74 km/h] continuaient de souffler.”

Pour le journal centriste Ta Nea, c’est une “double tragédie”. À Cythère, les gardes-côtes ont procédé à des opérations de sauvetage toute la nuit, et les recherches se poursuivent ce jeudi matin :

“Le maire de Cythère a partagé une description choquante des moments tragiques survenus sur les côtes de l’île, avec les migrants se débattant contre les vagues et essayant de gagner la terre ferme en escaladant des falaises.”

Tensions entre la Grèce et la Turquie

La question migratoire est au centre des tensions entre la Grèce et la Turquie, les deux pays se renvoyant la responsabilité des décès en mer Égée. “Encore une fois, la tolérance de la Turquie envers les réseaux de trafiquants sans scrupule a coûté des vies humaines”, a déclaré le ministre de la Marine, Ioannis Plakiotakis, cité par le média de Lesbos Sto Nisi. “La Turquie doit respecter son accord avec l’Union européenne. Tant qu’elle ne le fera pas, elle mettra des vies humaines en danger”, a ajouté le ministre.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :