Au moins 15 morts et 400 disparus dans l'incendie d'un camp de Rohingyas au Bangladesh

par Ruma Paul et Emma Farge
·1 min de lecture
AU MOINS 15 MORTS DANS L'INCENDIE D'UN CAMP DE ROHINGYAS AU BANGLADESH

par Ruma Paul et Emma Farge

DACCA (Reuters) - L'incendie qui a ravagé un camp de réfugiés Rohingyas au Bangladesh a fait au moins 15 morts et 400 disparus, a annoncé mardi l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

"C'est énorme, c'est épouvantable" a déclaré Johannes Van der Klaauw, représentant du HCR au Bangladesh, lors d'une visioconférence de Dacca. "Nous avons encore 400 personnes portées disparues, peut-être quelque part dans les décombres."

Le HCR a aussi recensé plus de 550 blessés et environ 45.000 personnes contraintes de quitter leur logement de fortune.

"Tout est parti. Des milliers de personnes sont sans domicile", a déclaré à Reuters Aman Ullah, un réfugié Rohingya du camp. "L'incendie a été maîtrisé au bout de six heures, mais certaines parties du camp ont continué de fumer toute la nuit."

Le feu s'est propagé à travers le camp de Balukhali près de la ville de Cox's Bazar lundi soir. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'incendie.

D'après des témoins, certains habitants du camp ont été piégés par les clôtures de barbelés installées tout autour et dont les organisations humanitaires ont demandé le retrait.

La grande majorité des Rohingyas installés dans ces camps au Bangladesh ont fui la répression de l'armée en Birmanie en 2017. Des enquêteurs de l'Onu ont dénoncé une répression menée avec une "intention génocidaire", une accusation rejetée par la Birmanie.

(version française Lucinda Langlands-Perry)