Au Minnesota, une enquête conclut à des «discriminations raciales généralisées» dans la police

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Deux ans après la mort George Floyd, une enquête conclu que le meurtre de l’Afro-Américain par le policier blanc Derek Chauvin s’inscrit dans un contexte de « discriminations raciales généralisées » au sein de la police de Minneapolis. L’enquête réalisée par le département des droits de l’homme de l’État du Minnesota dénonce également une culture de l’impunité policière.

Avec notre correspondant à Miami, David Thomson

Il y a d’abord les mots utilisés lors des interpellations : « un langage raciste, misogyne et irrespectueux ». Mais il y a aussi et surtout les actes : les policiers de Minneapolis « utilisent davantage la force, arrêtent, fouillent et verbalisent plus souvent les personnes noires ». Ces affirmations n’ont pas été écrites par une organisation militante mais par une agence de l’État du Minnesota. Cette enquête avait été lancée après le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd sous le genou du policier blanc Derek Chauvin qui avait enflammé Minneapolis et tous les États-Unis au printemps 2020.

Son rapport est sans appel, il conclut à « des discriminations raciales généralisées » au sein de la police de Minneapolis. Des pratiques liées selon le document à la culture de l’institution qui encourage une approche paramilitaire de la sécurité et ne pénalise pas ou peu les dérapages souvent meurtriers de ses agents. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : les Noirs représentent 19% des habitants de Minneapolis mais 54% des contrôle routiers. Or ce sont souvent ces contrôles routiers qui virent au drame sans raison, comme en 2016 quand Phillando Castille, 32 ans, avait été tué par balle devant sa famille par un policer qui avait confondu son portefeuille avec une arme à feu.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles