Au Mexique, les puits sacrés pré-hispaniques bloquent l'avancée du Train maya

Le chantier du Train menace le sous-sol de la péninsule du Yucatan, royaume des dieux de la mort et de la maladie dans les croyances maya.

Elle marche au milieu d'une forêt déboisée pour les besoins du "Train maya" dans la péninsule du Yucatan (sud-est du Mexique), chantier emblématique du président mexicain dont elle vient d'obtenir avec d'autres activistes la suspension partielle, au nom de la protection des arbres et d'un réseau souterrain de puits pré-hispaniques. La spéléologue Tania Ramirez, 42 ans, avance au milieu de deux bulldozers à l'arrêt qui ont tailladé le massif forestier à la sortie de Playa del Carmen vers Tulum (64 km). "Un suicide", lâche-t-elle. Et encore ne s'agit-il, selon elle, que de la partie des dégâts visible à l'oeil nu dans cette vitrine touristique du Mexique, pays parmi les plus visités au monde.

"C'est une zone creuse qui ne supporterait pas le poids d'un train"

Outre la forêt, le chantier du Train menace surtout le sous-sol de la péninsule, royaume des dieux de la mort et de la maladie dans les croyances maya. Le Yucatan repose sur un réseau de cours d'eau souterrains uniques au monde : grottes, rivières et puits d'eau douce, les mystérieux cénotes. Nichés dans des gouffres naturels, ces réservoirs d'eau turquoise se comptent par milliers. Voie de passage vers l'"inframonde" des Maya, les cénotes sont d'une grande valeur écologique et archéologique. Et même touristique : certains sont aménagés pour des baignades en famille.

Ce sont ces puits et ces gouffres qui sont menacés par le chantier du train touristique Maya - 1.554 km au total, dont 60 km sur le tronçon litigieux, d'après la spéléologue. "A chaque pas tu peux trouver une grotte", selon Tania Ramirez, qui conduit l'équipe de l'AFP dans l'une des cavités découvertes sur le tracé du train. L'entrée est à peine visible entre les troncs abattus et les branches mortes. A l'intérieur, des chauves-souris volent entre des stalactites. La grotte conduit à une rivière souterraine. Dans un autre caveau naturel, Tania Ramirez affirme avoir découvert des vestiges archéologiques, peut-être un garde-manger de l'époque maya selo[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles