Au Mexique, des féministes "furieuses" après un féminicide particulièrement brutal

1 / 2

Au Mexique, des féministes "furieuses" après un féminicide particulièrement brutal

Le meurtre extrêmement violent de la jeune Ingrid Escamilla a déclenché une vague d'indignation au Mexique, après la diffusion des images de son corps mutilé dans les tabloïds.

Poignardée, dépecée, éventrée par son compagnon. Le week-end dernier, le meurtre brutal d'Ingrid Escamilla, 25 ans, a choqué le Mexique. L'amant de la jeune femme lui aurait arraché les organes, avant de les jeter dans les toilettes de l'appartement qu'ils partageaient.

Ce vendredi, devant la présidence à Mexico, plusieurs associations féministes étaient venues crier leur colère et demander au gouvernement d'agir.

"Nous sommes furieuses"

Vêtues de vêtements sombres et le visage couvert de cagoules noires, une centaine de femmes ont scandé des slogans contre les féminicides, nombreux au Mexique.

"Aujourd'hui, nous voulons dire que nous sommes au-delà de la colère. Nous sommes furieuses!", a déclaré l'une des manifestantes.

Sur les murs du palais présidentiel, elles ont peint des inscriptions comme "Mexique féminicide!", les militantes exigeant du président Andres Manuel Lopez Obrador qu'il agisse contre ce fléau.

Dix activistes ont d'ailleurs pu rencontrer son équipe de communication et ont demandé au président de présenter "des excuses publiques". Mais Andres Manuel Lopez Obrador s'est défendu. "Je ne fuis pas mes responsabilités", a-t-il assuré au cours de sa conférence de presse quotidienne, alors que l'activiste Frida Guerrera lui reprochait de parler beaucoup plus des problèmes de corruption que des meurtres récurrents de femmes.

"Nous sommes toutes Ingrid"

Si ce crime a provoqué une telle vague d'indignation au...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :