«Au marché, vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant»

Libération.fr
Un migrant attend dans un «ghetto» à Agadez (nord du Niger) de rejoindre la Libye, d'où il compte franchir la Méditerranée pour gagner l'Europe.

L’Organisation internationale pour les migrations dénonce l’existence de véritables «marchés d’esclaves» en Libye.

«Vous allez au marché, et vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant» et l’utiliser pour «vos travaux». De passage à Genève, Othman Belbeisi, le chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Libye, a décrit la réalité de l’esclavage observée dans le pays. «Après l’avoir achetée, vous devenez responsable de cette personne. Certaines d’entre elles s’échappent, d’autres sont maintenues en servitude.»

Dans un communiqué, l’OIM explique que son personnel en Libye et au Niger a pu recueillir des récits «choquants» de migrants, qui ont décrit l’existence de «marchés d’esclaves» dans lesquels des centaines d’hommes et de femmes sont vendus. Ces personnes sont notamment vendues sur des places publiques ou dans des garages.

Demandes de rançons

L’OIM, qui est liée au système des Nations unies, cite le terrible témoignage d’un migrant sénégalais, dont le nom n’est pas publié. Cet homme a d’abord dû payer environ 320 dollars à un trafiquant d’êtres humains pour se rendre en Libye depuis Agadez, au Niger. Après deux jours dans le désert, dans un véhicule tout-terrain conduit par un chauffeur, il est arrivé à Sabha dans le sud-ouest de la Libye. Son chauffeur a alors affirmé ne pas avoir été payé par le «trafiquant» et a transporté le Sénégalais dans un «marché d’esclaves». Des migrants sub-sahariens étaient achetés et vendus sur ce marché, situé dans un parking, par des Libyens, aidés de Ghanéens et Nigérians qui travaillent pour eux.

Une fois vendu, le migrant sénégalais a été emmené dans divers endroits, des sortes de «prisons», dans lesquelles les migrants sont torturés, tandis que les ravisseurs exigent que leurs familles paient une rançon en échange de leur libération. Ce Sénégalais est ensuite parvenu à officier comme traducteur des ravisseurs, évitant ainsi d’être davantage battu.

«Abus sexuels» 

D’après les (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Malala Yousafzai, citoyenne d’honneur canadienne, plaide pour l’éducation
Syrie: les Etats-Unis «prêts à contribuer à mettre fin à ce conflit»
Poutine reçoit Tillerson, déplore la dégradation des relations Russie-USA
Dortmund : les enquêteurs privilégient la piste jihadiste
Syrie: entente nécessaire entre Washington et Moscou

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages