Au Mali, le Premier ministre Choguel Maïga est de plus en plus contesté

Vendredi, une trentaine de partis politiques et associations regroupés dans un « cadre d’échange pour une Transition réussie » ont réclamé sa démission dans une déclaration. Samedi, l’Adéma est à son tour monté au créneau pour réclamer son départ. Tous estiment que les déclarations du chef du gouvernement divisent les Maliens au moment où compte tenu de la situation, le pays a besoin plus que jamais d’une union nationale.

Le Premier ministre malien Choguel Maïga doit désormais faire face à la bronca d’une frange de la classe politique. En milieu de semaine, il a lancé un pavé dans la mare, quittant son rôle d’arbitre en exhortant ses partisans lors d’une rencontre à resserrer les rangs pour gagner les futures élections municipales, législatives et présidentielle. Cette sortie n’a pas plu à tout le monde. « Le temps des compétitions électorales viendra. Les seuls combats qui vaillent aujourd’hui sont ceux de l’unité et le consensus », écrit un des partis politiques désormais ouvertement opposé au chef du gouvernement.

De son côté, pour justifier la demande de démission de Choguel Maïga, l’Adéma, l’un des trois principaux partis politiques du pays, affirme que « le Premier ministre malien n’est plus crédible » et qu’il n’est plus l’interlocuteur idéal pour la suite du processus « d’une transition de rassemblement et de paix sociale ».


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles