Publicité

Au Liban, la pauvreté pousse des familles entières à partir par la mer vers Chypre ou l'Italie

Au Liban, où la crise économique sévit depuis bientôt cinq ans, les plus vulnérables tentent de plus en plus de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe. Les départs d’embarcations de fortune vers l’Europe ont lieu au nord du pays. Quelle est l’ampleur du phénomène au Liban ?

De notre correspondante à Beyrouth,

Parmi les candidats au départ pour cette dangereuse traversée, on retrouve des réfugiés syriens arrivés depuis le début de la guerre en 2011, des réfugiés palestiniens présents au Liban depuis 1948, mais aussi de plus en plus de Libanais. C’est un fait nouveau lié à la crise économique.

À cause de la dévaluation et des restrictions bancaires, on estime aujourd’hui que 80 % de la population au Liban vit sous le seuil de pauvreté et c’est bien cette grande précarité qui pousse des familles entières à partir à tout prix faute de perspectives. Rien qu’en 2023, une centaine d’embarcations ont quitté le nord du Liban, avec à leurs bords plusieurs milliers de personnes, pour tenter de rejoindre l’île de Chypre à 160 km ou l’Italie. On dénombre au moins 250 morts ou disparus.

À lire aussiLiban: les tentatives de traversées de migrants vers Chypre se multiplient

À écouter aussi :Peut-on en finir avec ces drames de la migration?


Lire la suite sur RFI