Au large de Taïwan, des exercices d'ampleur de l'armée chinoise

L'Armée populaire de libération a annoncé ce lundi 9 mai avoir mené la semaine dernière une série d'exercices militaires au large de Taïwan, pays démocratique considéré par Pékin comme une de ses provinces historiques. Depuis jeudi dernier, Taipei, comme Tokyo, avait identifié des mouvements de navires et d'avions militaires chinois dans la zone.

Avec notre correspondant à Taipei, Adrien Simorre

Un porte-avion et cinq destroyers, accompagnés par le vol régulier d'avions et d'hélicoptères : c'est un exercice d'envergure qu'a mené Pékin entre vendredi 6 mai et dimanche 8, au large de Taïwan et que l'armée populaire a confirmé ce lundi 9 mai.

Selon les experts taïwanais, le porte-avion chinois évoluait à environ 500 km à l'est des côtes taïwanaises. Plusieurs avions chinois ont aussi pénétré l'espace d'identification aérienne taïwanais. Près d'une vingtaine pour la seule journée de vendredi.

C'est la première fois depuis le début de la guerre en Ukraine que Pékin mène de tels exercices. Des manœuvres qui se sont multipliées depuis deux ans et la réélection de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen. Comme 90% des Taïwanais, la dirigeante refuse catégoriquement le projet d'annexion proposé par Pékin.

La Chine a depuis choisi de montrer les muscles. En 2022, près de 400 incursions d'avions militaires chinois ont déjà été recensées par le ministère taïwanais qui envoie régulièrement ses propres appareils pour repousser les avions chinois. « Nous sommes déterminés à nous défendre », a d'ailleurs rappelé ce 9 mai, Joseph Wu, le ministre taïwanais des Affaires étrangères.

► À lire aussi : Taïwan: l'armée publie un manuel de survie en cas d’invasion chinoise

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles