Au Kenya, rencontre entre le gouvernement de RDC et des groupes rebelles

·1 min de lecture

Une « réunion consultative » entre le gouvernement de Kinshasa et des groupes rebelles doit se tenir vendredi 22 avril à Nairobi, selon un communiqué de la présidence kényane. Cette rencontre est prévue au lendemain d'un mini-sommet de l'EAC dans la capitale kényane, qui a réuni les présidents du Kenya, du Burundi, d'Ouganda et de RDC, ainsi que le ministre des Affaires étrangères du Rwanda, dix jours après l'adhésion de la RDC à la Communauté des États d'Afrique de l'Est. Les pays présents se sont engagés à soutenir Kinshasa dans sa lutte contre les groupes armés actifs dans l'Est congolais.

Le président Uhuru Kenyatta a « gracieusement accepté d'accueillir et de fournir un soutien logistique aux consultations à Nairobi », peut-on lire dans le communiqué de la présidence kényane, qui ne donne pas de précisions sur les groupes rebelles invités aux discussions prévues aujourd'hui. Selon des informations de RFI, une dizaine de groupes armés congolais originaires d'Ituri, ainsi que du Nord et du Sud-Kivu, seraient attendus.

Le communiqué de la présidence kényane précise également que les dirigeants présents au mini-sommet hier souhaitent mettre en place une force régionale pour neutraliser les groupes actifs dans l'est de la RDC et que des instructions en vue de son déploiement ont été données.

Tous les groupes armés congolais sont appelés à participer sans conditions aux consultations politiques faute de quoi ils seront considérés comme des forces négatives, et traités militairement par la région. Tout comme, précise le texte, tous les « groupes armés étrangers » qui doivent désarmer immédiatement et « retourner sans condition dans leur pays d'origine respectifs ».

Les dirigeants prévoient de se retrouver de nouveau d'ici un mois, pour évaluer les avancées.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles