Au Kenya en pleine campagne électorale, le coût de la vie fait grincer des dents

L’économie est au cœur de la campagne électorale à quelques jours du scrutin du 9 août. William Ruto se pose comme le défenseur des « débrouillards ». Raila Odinga promet une aide de 6 000 shillings kényans, soit environ 50 € par mois aux foyers les plus vulnérables. Les candidats à la présidence l’ont bien compris : la hausse du coût de la vie domine largement les préoccupations des Kényans, l'inflation est montée à 8,3 % en juillet.

Avec notre correspondante à Meru, Albane Thirouard

À Meru, dans la région centrale du Mont Kenya, l’agriculture fait vivre, mais le secteur est en difficulté et les habitants en subissent les conséquences, alors que les prix des denrées alimentaires de base ainsi que du carburant ont augmenté.

L’ambiance est animée au marché de Makutano, à Meru. Douglas Karani est vendeur de chaussures. Ce diplômé en informatique n’a pas trouvé de travail dans sa branche.

« Même en cherchant hors de mon domaine, j’ai du mal à trouver un emploi qui paie bien, explique le jeune homme. Surtout que maintenant avec 50 centimes d’euros, on achète à peine quelques tomates et oignons. C’est tout ce que je ramène chez moi le soir alors que j’ai trois enfants à nourrir ! ».

Mesures contre l'inflation


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles