Au Kenya, funérailles nationales de l'ancien président Mwai Kibaki

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les funérailles nationales de l'ancien président Mwai Kibaki ont eu lieu ce vendredi 29 avril à Nairobi. Mwai Kibaki est décédé la semaine dernière à 90 ans. Il avait dirigé le pays entre 2002 et 2013.

Avec notre correspondante à Nairobi, Florence Morice

Très tôt ce vendredi matin, des milliers de Kényans ont pris place dans le stade Nyayo de Nairobi pour accueillir le cercueil de l'ancien président. Une dizaine de chefs d’État et de gouvernement ont également fait le déplacement, notamment le président sud-africain Cyril Ramaphosa, et le sud-soudanais Salva Kirr. C’est sous le premier mandat de Mwai Kibaki qu’a été signé en 2005 à Nairobi l’accord de paix ouvrant la voie à l’indépendance du Soudan du Sud.

En début de cérémonie, et alors que le Kenya se prépare pour une présidentielle, l’archevêque de la capitale Philip Anyolo a demandé que les prises de parole soient débarrassées de toute connotation politique. Et pour cause, les trois principaux acteurs de ce scrutin se sont exprimées tour à tour.

Le chef de l’État Uhuru Kenyatta a ainsi rendu hommage « à l’un des principaux architectes de l’État moderne kényan ». William Rutu a salué « le plus grand président que le Kenya ait jamais connu ». Raila Odinga, tour à tour allié ou frère ennemi de Mwai Kibaki, a quant à lui rendu hommage au rôle joué par le président défunt pour mettre fin à la crise postélectorale de 2007-2008.

Le cercueil de Mwai Kibaki devait prendre ensuite la route d’Othaya, son fief du comté de Nyeri, où il s'était un temps retiré après son départ du pouvoir. C'est là qu'il doit être enterré ce samedi.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles