Au Kenya, une coiffure "coronavirus" comme un pied de nez à la pandémie

Eléonore Abou Ez

Des coiffeurs kenyans ont relancé une coiffure traditionnelle africaine en la rebaptisant "coronavirus". Une façon comme une autre d’attirer la clientèle en période de crise.

Le look Corona

À Kibera, le plus grand bidonville au cœur de Nairobi, la capitale kenyane, des coiffeurs proposent à leurs clientes le style "coronavirus". Ce n’est ni plus ni moins que le Bantu Knots (les nœuds Bantous), une coiffure traditionnelle des peuples bantous. Les cheveux sont partagés en plusieurs parties avant d'être torsadés et enroulés sur eux-mêmes de sorte à former plusieurs petits choux en pointe.

Au final, on obtient une tête bien ronde avec des piques qu’on pourrait comparer, aujourd’hui, à la représentation du virus le plus célèbre au monde. Une coiffure rapide et abordable.

C'est simple et très bon marché pour tout le monde

Diana Andayi, coiffeuse au Kenya

Reuters

Le look Rihanna

Le prix de la coiffure, fixé à moins de 1 dollar au lieu de 2 ou 3 habituellement, tient compte de la crise au Kenya, où la pandémie a frappé de plein fouet l’économie en général, et les travailleurs informels en particulier qui se sont retrouvés privés de revenus. Même si les coiffeurs n’ont pas vraiment arrêté de travailler dans les bidonvilles, leurs revenus ont chuté ces derniers jours. En proposant une coiffure renommée "corona", ils (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi