Au « Journal de Saint-Denis », un édito sème la discorde

Propos recueillis par Nadjet Cherigui
·1 min de lecture
Privé de subvention municipale, le « Journal de Saint-Denis » pourrait disparaître.
Privé de subvention municipale, le « Journal de Saint-Denis » pourrait disparaître.

Yann Lalande, rédacteur en chef du JSD, le journal de la ville de Saint-Denis, a démissionné. Par ce geste, il a voulu dénoncer une censure et protester contre l'opposition d'une partie de la rédaction à la publication d'un édito traitant de « l'esprit munichois » face à la progression du danger islamiste. Écrit après l'assassinat de Samuel Paty, ce texte mesuré revenait sur les valeurs fondamentales de la République, mais il s'est heurté à un mur identitaire et idéologique levé par quelques membres de l'équipe, l'accusant de stigmatiser les musulmans.

En réaction, la municipalité dirigée par Mathieu Hanotin (Parti socialiste) a voté, le 17 décembre dernier, le retrait des subventions accordées au journal. Une décision qui met en péril la viabilité du JSD puisque la Ville en est la première contributrice. Yann Lalande a répondu aux questions du Point autour de sujets terriblement d'actualité : valeurs républicaines et liberté d'expression.

Le Point : Rédacteur en chef du JSD, vous avez écrit un édito après l'assassinat de Samuel Paty, mais qui a été censuré par une partie de la rédaction. Qu'avez-vous voulu dire et exprimer dans ce texte ?

Yann Lalande : Comme une majorité de Français, j'ai été profondément heurté par l'assassinat d'un professeur d'histoire géographique au motif que ce dernier remplissait tout simplement sa mission. Cet acte sans précédent en France établissait par ailleurs clairement une chaîne de responsabilités entre le passage à l'acte te [...] Lire la suite