Au Japon, les macaques attaquent et les habitants se défendent

Depuis début de juillet, des macaques errants attaquent et blessent des habitants de la ville de Yamaguchi, à l'ouest du Japon. Aujourd'hui, pour la première fois, les autorités locales sont parvenues à capturer et tuer l'un des singes fauteurs de troubles. Cette vague d'agressions de macaques fait les gros titres de la presse japonaise.

De notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Depuis près d'un mois, des macaques terrorisent une ville japonaise. Une quarantaine de personnes ont été agressées, griffées, mordues au risque d'être infectées par ces maudits singes.

Les pompiers et la police de la ville de Yamaguchi ont fini par capturer un des agresseurs. Un macaque mâle, âgé d'environ quatre ans, d'une taille de 50 cm. Un tireur d’élite l'a aperçu dans la cour d'une école. Il l'a immobilisé à l'aide d'une fléchette tranquillisante.

D'habitude, ces armes hypodermiques sont utilisées sur des animaux très dangereux. Le singe a été identifié comme l'auteur d'une des attaques. Les autorités de la ville l'ont aussitôt exécuté, mais sa mort n'a aucun effet dissuasif sur les autres singes.

Les attaques continuent. Au départ, les petits singes s'en prenaient aux enfants et aux femmes. Ils agressent maintenant des personnes âgées et des hommes adultes. La police ignore s'il s'agit d'un groupe isolé de macaques pris d'un accès de folie ou si un tel comportement s'est généralisé parmi les nombreux singes du Japon.

Pour se protéger, les habitants de Yamaguchi se sont armés de parapluies et de cisailles.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles