Au Ghana, les premiers cas du virulent virus Marburg sont confirmés

Le Ghana est en état d'alerte après la découverte, en début du mois de juillet, de deux cas suspects du virus Marburg, une fièvre hémorragique presque aussi mortelle qu'Ebola. Des échantillons avaient été envoyés à l'institut Pasteur de Dakar pour des examens supplémentaires et les résultats ont été corroborés, selon un communiqué des autorités ghanéennes, ce dimanche.

Il y a quinze jours, les deux patients ont été admis dans un hôpital du district de la région d'Ashanti (sud). Chacun présentait des symptômes de la fièvre, des courbatures, de la diarrhée et du sang dans les selles. Au départ, leur condition n'inquiétait pas les médecins, qui l'avaient attribué à une gastro-entérite aiguë. Mais la sonnette d'alarme a été déclenchée lorsque la première patiente est décédée, suivie 48 heures de près par la seconde.

Franklin Asiedu Bekoe, directeur de la Santé publique du service de santé du Ghana, a été interrogé cette semaine, au cours d’une conférence en ligne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sur l’évolution de cette situation sanitaire. « Pour les deux cas, nous avons identifié 63 contacts, et un seul a présenté des symptômes : il avait de la fièvre, des saignements dans les selles. Des échantillons ont été envoyés au laboratoire et se sont révélés négatifs. Pour contenir toute propagation du [virus] Marburg, nous intensifions nos efforts pour empêcher l'épidémie de s'étendre. »

Inquiétude de l'OMS

► À voir aussi : Appels sur l'Actualité - Quelle est la spécificité du virus Marburg ?


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles