Au Gabon, une prophétie qui coûte très cher au prophète Ndzoma

Emmanuel Ndzoma, leader de l’Église Synagogue Gabon (ESG) est en détention préventive depuis le 1er septembre dernier. Lors d’une croisade d’évangélisation, il a prophétisé sur une femme stérile en lui indiquant qu’il allait mettre un bébé de 3 ans dans son ventre. Vendredi dernier, la dame a été libérée après neuf jours de garde à vue. Le prophète et un de ses proches sont toujours détenus.

Avec notre correspondant à Libreville, Yves Laurent Goma

Tout a commencé lors d’une campagne d’évangélisation dans un stade survolté. Le prophète Emmanuel Ndzoma, en transe, interpelle une fidèle supposée infertile. « Je vais mettre un bébé de 3 mois dans ton ventre (…) J’ordonne à ce ventre de commencer à prendre du volume », hurle le prophète et une forme arrondie se dessine sous les vêtements de la fidèle, devant une foule conquise. La scène surréaliste est diffusée en direct sur les réseaux sociaux qui s’enflamment. Si certains ont cru à un phénomène divin, d’autres ont, par contre, évoqué un montage, une manipulation ou un tour de passe-passe orchestré par celui qu'ils qualifient de faux prophète.

L’affaire prend de l’ampleur, le 1er septembre. L'homme de dieu et d'autres responsables de son église ainsi que la fidèle concernée par ledit miracle sont convoqués à la Direction générale de la documentation et de l’immigration. Ils sont tous placés en garde à vue. Si certains ont été remis en liberté, le prophète Ndzoma, lui, a été inculpé pour association de malfaiteurs. Ce mardi 13 septembre une audience décidera s'il sera libéré ou emprisonné.


Lire la suite sur RFI