Au G20 de Bali, Xi Jinping et Joe Biden volent la vedette à Poutine, le grand absent

“Xi et Biden sous le feu des projecteurs”, titre Kompas à l’aube de la rencontre bilatérale prévue à Bali ce lundi 14 novembre entre les deux présidents des deux plus grandes puissances mondiales. Le quotidien publie en dessin à la une la photo de classe qui n’aura pas lieu : les 20 chefs d’États membres du G20, avec au centre du premier rang Joko Widodo, hôte du sommet, à sa gauche Joe Biden, à sa droite le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, et à son extrême droite Xi Jinping et Vladimir Poutine.

“Jusque-là, c’est la présence controversée de Poutine au sommet de Bali qui concentrait tous les commentaires. L’attention s’est déplacée aujourd’hui sur la réunion bilatérale prévue entre le président américain, Joe Biden, et le président chinois, Xi Jinping”, note Kompas, en ajoutant, non sans ironie : “Poutine a déjà suffisamment attiré l’attention du monde après avoir décidé d’attaquer l’Ukraine le 24 février 2022.”

Le quotidien estime que l’absence de Poutine peut être considérée d’un point de vue positif. Elle “donne plus de latitude” aux dirigeants du G20 pour dialoguer avec plus de sérénité, même si le face-à-face entre Xi Jinping et Joe Biden promet d’être tendu.

Kompas publie une carte de Taïwan et de ses eaux territoriales encerclées par les zones d’entraînement militaire de la Chine s’étendant sur environ 26 000 km2.

Capture d’écran, “Kompas”
Capture d’écran, “Kompas”

Xiong Zhiyong, maître de conférences à l’Université chinoise des relations internationales, explique dans une dépêche de l’AP citée par Kompas que cette première rencontre physique entre les deux présidents rivaux est essentielle : “Les discussions en ligne ne suffisent pas. Les réunions en face-à-face permettent des paroles et des gestes plus riches et plus significatifs que de simples discussions politiques.”

Au-delà des relations sino-américaines sous le feu des projecteurs, le quotidien rappelle que le sommet du G20, dont le coût de l’organisation s’élève à 42 millions d’euros, a une grande tâche, à savoir produire des accords mutuels, ou tout au moins une déclaration finale commune.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :