Au FN, clash et insultes par SMS

Marine Le Pen à Brachay, le 9 septembre.

Le Front national continue de se déchirer après le départ de Florian Philippot, rejoint par quelques cadres du partie au sein de son association Les Patriotes.

Ce n'est sans doute pas ce à quoi pensait Marine Le Pen lorsqu'elle a prononcé son discours de rentrée à Brachay, en Haute-Marne, le 9 septembre dernier, devant une bannière clamant : «En avant pour un nouveau front.» Vendredi, des cadres du Front national se sont déchirés sur Twitter en rendant publics des SMS qu'ils avaient échangés. Alors que plusieurs membres du parti ont choisi de rejoindre Florian Philippot, démissionnaire après avoir été sanctionné pour avoir refusé d'abandonner la présidence de son association Les Patriotes, le climat demeure délétère entre les partants et ceux qui se réjouissent de voir écarté l'omniprésent ex-conseiller de Marine Le Pen. Vendredi, un «philippiste» de la fédération de la Somme, Loïc Grimaux, a révélé un message que lui a envoyé Jean-Lin Lacapelle, secrétaire national du FN aux fédérations et à l'implantation. «Même pas le courage de répondre. Quand on est faible et sans honneur, on reste une merde jusqu'au bout de sa vie. Tu ne mérites même pas l'égout dans lequel tu termineras», écrit le responsable FN.

Loïc Grimaux venait d'annoncer qu'il refusait sa nomination à la tête de la fédération de la Somme en lieu et place d'Eric Richermoz. Il avait même publié sur Twitter une photo montrant sa carte du Front national, découpée. Jean-Lin Lacapelle lui a répondu en publiant le message précédant les insultes envoyées au partisan de Florian Philippot. «Tu es nommé chargé de mission du 80 (département de la Somme, ndlr), compte tenu du fait qu'Eric, sans réponse, nous laisse penser qu'il abandonne la mission.(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages