Au festival de Lollapalooza, le retour de la musique, sur fond de Covid

·3 min de lecture

En pleine remontée des cas de Covid-19 aux Etats-Unis, le célèbre festival de musique de Lollapalooza a quand même ouvert ses portes jeudi à Chicago, dans une ambiance partagée entre le plaisir de retrouver les concerts et les craintes de voir les contaminations exploser.

"Je suis heureuse d'aller à mon premier concert depuis deux ans". Comme pour Janae Dabney, une bibliothécaire âgée de 24 ans qui travaille à Chicago, l'impatience l'emporte sur la peur du virus.

Mais face au variant Delta, qui cause une résurgence des cas positifs dans tout le pays, Janae n'est pas totalement rassurée. "Je suis vaccinée, donc personnellement je ne suis pas inquiète, mais j'espère que les gens prendront les choses au sérieux pour qu'on puisse s'amuser", explique-t-elle à l'AFP, ajoutant qu'elle prévoit de porter un masque au milieu des foules.

Après une édition 2020 annulée pour cause de pandémie, Lollapalooza accueille jusqu'à dimanche des dizaines d'artistes, parmi lesquels la rappeuse Megan Thee Stallion ou les rockers de Foo Fighters. A l'affiche de ce festival aux influences variées, qui charrie normalement quelque 100.000 spectateurs par jour, figurent aussi Miley Cyrus, les Black Pumas ou Post Malone.

La qualité du plateau n'empêche pas Caroline Reed, 23 ans, de se faire un peu de souci.

"C'est difficile de ne pas être nerveuse, mais je n'ai pas l'intention d'embrasser un tas de gens", veut-elle se rassurer, munie de son certificat de vaccination et de son masque.

- "Folie" -

Les organisateurs assurent qu'il faut une preuve de vaccination ou un test négatif de moins de 72 heures pour entrer dans l'enceinte, et mettent en avant la recommandation de porter un masque si l'on n'est pas vacciné. Mais le flou demeure sur l'application stricte de ses règles.

Il y a quelques jours, la maire de Chicago, Lori Lightfoot, assurait qu'elle envisageait de rétablir le port obligatoire du masque si les cas continuaient d'augmenter, mais elle a maintenu le festival. La troisième ville américaine a vu son taux de cas positif augmenter de 76% par rapport à la semaine dernière.

"Il (le festival) se déroule en extérieur. Nous avons eu plusieurs grands événements depuis juin sans problèmes majeurs", a-t-elle justifié.

Lollapalooza est une aubaine pour les restaurants, les hôtels et les clubs du coin. Mais d'autres gérants, qui ne sont pas affiliés à l'événement, redoutent une explosion des cas.

"Tout ce qui peut causer plus de cas de Covid nous inquiète", explique Tim Tuten, propriétaire d'un club de rock, The Hideout. Son établissement a rouvert tout récemment avec des concerts en extérieur, et seulement pour des clients vaccinés.

Le célèbre critique musical Jim DeRogatis, qui enseigne au Columbia College à Chicago, a carrément qualifié le festival de "folie".

"J'ai peur que tout cela se termine par de nouvelles fermetures", a-t-il affirmé, en s'inquiétant "pour les petites salles de concert qui ont souffert d'être dans le noir pendant 18 mois et qui ont encore la chance d'être vivantes".

str-mdo/arb/rle

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles