Au Festival de Cannes aussi, les Ukrainiens continuent à se battre

Plus de deux ans après le début de l'invasion russe à grande échelle, la présence de l'Ukraine au festival de Cannes témoigne de la détermination du pays à se défendre et de la résilience de son industrie cinématographique. L'impact de la guerre sur la vie civile est le sujet du documentaire "L'Invasion", du réalisateur ukrainien Sergeï Loznitsa, que France 24 a rencontré sur la Croisette.

Pour la troisième année consécutive, le plus grand festival de cinéma du monde se déroule dans l'ombre d'une guerre dévastatrice qui fait rage en Europe de l'Est. Un conflit toujours bien présent dans les esprits à Cannes.

Il y a deux ans, le président ukrainien Volodymyr Zelensky inaugurait le festival par un discours vidéo exhortant les cinéastes à défier la Russie, comme le film de Charlie Chaplin "Le Grand Dictateur" s'était attaqué à Adolf Hitler. Cette année-là, les films réalisés par des Ukrainiens ou sur des Ukrainiens ont occupé une place importante, notamment "Mariupolis 2" du Lituanien Mantas Kvedaravicius, qui a payé de sa vie ses efforts pour documenter la destruction de la ville par les forces russes.

Malgré les difficultés de la guerre, l'industrie cinématographique ukrainienne continue de produire des films, certains réalisés par des cinéastes devenus soldats. Leur travail est présenté au pavillon ukrainien du Festival de Cannes, où se tient également le plus grand marché du film au monde.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Une ovation pour Coppola, une dose de #MeToo et un "Rendez-vous avec Pol Pot" au festival de Cannes
Avec "Moi aussi", Judith Godrèche poursuit son combat au Festival de Cannes
Meryl Streep, Juliette Binoche et un soupçon de #Metoo en ouverture du Festival de Cannes